Google et les moteurs de recherche

Faire des recherches avec Google : trucs et astuces

Voici une infographie qui liste quelques trucs et astuces pour faire des recherches dans Google. On en apprend tous les jours. 🙂 En la regardant, je me dis qu’il nous arrive souvent d’utiliser des outils sans en connaître toutes les fonctionnalités et donc sans en tirer tout le potentiel. Et cela est bien dommage. La simple utilisation des guillemets pour rechercher une expression exacte est très pratique et permet d’optimiser ses recherches. Pourtant, peu de personnes savent que cela existe.

Et vous, connaissez-vous toutes ces astuces ? Quelles sont celles que vous utilisez le plus ?

via

Frédéric :

Bon, évidemment je connais pas mal de ces trucs et astuces et il en manque quand même un bon paquet. Par exemple Google possède de nombreux opérateurs de ciblage (rechercher un mot dans le titre, ou bien dans l’URL, dans le corps de la page…)

Dans le top 3 de mes préférés des petits trucs et astuces qui existent et surtout que j’utilise :

L’opérateur related, qui permet lorsque l’on fait : related:www.site_web.com de rechercher les sites qui ont le plus de similarités avec site_web.com. Pour cela Google s’appuie sur le nombre de clés d’index que les sites partagent (nombre de mots qui figurent dans les deux sites, ce qui définit une proximité si ce n’est sémantique tout du moins éditoriale), le nombre de sites webs qui font des liens vers eux et qui sont communs et des choses plus basiques telles que la langue, l’extension et bien évidemment d’autres critères tenus secrets par Google. Dans une logique commercial ou de veille c’est trés efficace : il suffit d’identifier un site comme trés pertinent et d’utiliser cet opérateur pour en trouver rapidement quelques autres.
L’opérateur filetype qui est présenté ici. Trés efficace également. à un format de documents sont souvent attachés des propriétés, des types de contenus et cibler par type de fichier permet de faciliter la recherche de documents officiels, de support de cours ou de conférences, etc.
La fonction calculette : vous ne trouvez pas votre calculette et vous êtes sur Internet. Lancez Google, tapez une opération arithémtique dans le formulaire de recherhce et obtenez le résultat. (C’est également efficace pour les conversions d’une monnaie à une autre.).

Vous pourrez aller encore plus loin en feuilletant la nouvelle aide en ligne de Google, toute neuve, toute belle.

2 Responses
Volunia : un nouvel adversaire (mais de taille cette fois) de Google ?

Massimo Marchiori, mathématicien et professeur de sciences informatique à l’université de Padoue en Italie, vient d’annoncer qu’il avait mis au point un algorimthe de recherche capable de concurrencer celui de Google et qu’un nouveau moteur de recherche du nom de Volunia, ferait son apparition d’ici la fin de l’année (vous pouvez demander à faire partie des premiers utilisateurs).

Il n’est pas le premier à faire ce genre d’annonce, mais le Monsieur n’est pas n’importe qui. Il est celui qui a conçu l’algorithme de Google. En outre, il dit avoir trouvé un axe complètement différent de celui des moteurs de recherche et indique que cette nouvelle approche lui permettra de dépasser de très loin les capacités de Goole.

Qu’en pensez-vous ?

Jérôme :

Je voudrais rectifier un fait dans les propos d’Emilie : Massimo Marchiori n’a pas conçu l’algorithme de Google, mais il est l’auteur du papier « The Quest for Correct Information on the Web: Hyper Search Engines » présenté à la sixième conférence du World Wide Web Consortium et cité en référence dans le fameux « The PageRank Citation Ranking: Bringing Order to the Web » des fondateurs de Google.

Comme le précise Massimo Marchiori, Volunia est un nouveau type de moteur de recherche (le moteur de recherche du futur). Et effectivement, pour se faire une place à côté de Google, il faudra une véritable rupture technologique!

Quelle est cette rupture ?

En se plongeant un peu dans la bibliographie de de l’intéressé, on découvre des recherches sur les méta-données sur le web (« The Limits of Web Metadata, and Beyond », « Data on the Web: A W3C Perspective »), puis à partir de 2004 presque exclusivement des papiers sur le web sémantique (« Reasoning web: 4th international summer school 2008 », « The Semantic Web: Research and Applications: 8th Extended Semantic Web Conference, ESWC 2011 », « Ten Theses on Logic Languages for the Semantic Web »).

Volunia sera-t’il donc LE moteur de recherche sémantique annoncé comme LA révolution du Web sémantique depuis presque 15 ans maintenant ? Un moteur de recherche s’appuyant sur des bases de connaissance, des bases de données structurées et les quelques méta-données disponibles sur le web ?

Je pense que oui! Mais reste également à imaginer l’interface de recherche et de navigation dans les résultats que proposera Volunia. Car au delà de la technologie cachée derrière le moteur, une autre composante essentielle est son interface et son (ses) modalité(s) de recherche.

En tout cas, j’ai laissé mon email, en espérant être rapidement sélectionné pour tester Volunia en avant première! ;D

3 Responses
Google teste « Sources »

Google teste actuellement un nouveau mode d’affichage des résultats, nommé « Sources », identifié par Cyrus Shepard de SEOMoz. Les résultats proposées sont synthétiques, organisées et sembleraient être les plus importants. Dans les exemples trouvés : pour Twitter, l’URL du site, les personnes les plus populaires sur ce site, un lien vers des tutoriels… pour la chanteuse Rihanna, une mini-bio à la Wikipédia.

Qu’en penser ?

Avec ce nouveau mode d’affichage, Google prolonge l’expérimentation de structuration du Web à la volée. Amorcée avec Google Squared, dans lequel Google testait sa capacité à transformer une simple liste de résultats (URLs + abstracts) en résultats homogènes et structurés en fonction de champs et de variables identifiées à la volée, Google va un pas plus loin en proposant une fiche synthétique agrégée à partir de différentes sources.

A une époque fort lointaine, (entre 2003 et 2005 je dirais), le moteur de recherche Tuna Search proposait un mode de visualisation des résultats proche de « Sources » en vous proposant une fiche de synthèse sur une personne, une entreprise ou tout autre type de recherche.

Ce mode de visualisation va à mon avis dans le sens des attentes des utilisateurs grand public et également dans le sens de l’offre de services proposé par les fournisseurs d’informations, infomédiaires, services de curation ou autre en procédant à une éditorialisation de l’information accessible sur un sujet et non plus à une liste de résultats agrémentés d’un extrait.

Au delà, de l’intérêt du gain de temps et de la facilité de lecture et de consultation des résultats, reste la question sur les algorithmes de traitement permettant de valoriser tel ou tel type de résultats dans une fiche de synthèse et de l’impact sur le biais informationnel par la succession d’algorithmes de collecte, de classement dans la liste de résultats et de priorisation dans le processus éditorial (sélection, organisation de l’espace éditorial disponible)

Jérôme :

Cette expérimentation de Google me fait très fortement penser à Bing. Mais là où Bing apporte du contenu enrichit via des partenariats, Google le fait via des algorithmes… Cette approche me fait également penser à une sorte d’ébauche de Qwiki en tentant d’apporter une réponse synthétique à une recherche sur une entité nommée.

C’est une approche très intéressante d’un point de vue utilisateur, mais elle me semble s’approcher dangereusement de la ligne de vampirisation du web par Google. Effectivement, en déportant directement sur la page de résultats des informations factuelles qui aujourd’hui sont proposés par des sites éditoriaux, ces derniers verront leurs visites chuter sur ce type de pages alors qu’ils auront consacré du temps (et donc de l’argent) à constituer ce genre de base de données (base de données d’artistes, de chansons, d’entrepreneurs, etc…) !

Avec ce genre d’approche, Google devient non plus une porte d’entrée sur le Web, mais il devient de plus en plus LE Web. Et je m’interroge de plus en plus sur les types de sites économiquement viables à long terme face à la vampirisation du contenu par Google.

Google, Yahoo! et Bing : un comparatif !

Voici une ingfographie du site Web Search Engine Journal comparant selon différents critères (société, marchés, nombre d’employés…) 3 moteurs de recherche : Google, Yahoo! et Bing !

Barcamp Black Hat Seo 2017 : compte-rendu

Comme vous le savez sûrement, le weekend du 7 mai était organisé le premier Barcamp Black Hat Seo français à Toulouse, à l’occasion de l’anniversaire de deux des plus grands BH français, Rudy de Discodog, et Paul de Seo Black Out. On estime entre 80 et 100 participants, donc un joli regroupement de spammeurs, représentant ainsi une bonne ..read more..

The SEO Panda Prescription: Think Like Google

For the past several weeks, just about everyone that I know has written a column about Google’s Panda update. Yes, it was/is a big deal. Yes, some sites that shouldn’t have been affected are being affected. Yes, some sites that are affected should have been affected. And, I’m quite certain that « on the whole, » the update has been a success. People a ..read more..

Des fonds d’écran pour les junkies du SEO

Pour les accros, les junkies, les fans, les addicts de SEO… ou tout simplement pour ceux qui veulent changer leur fond d’écran, rendez-vous sur le blog SEO Axe-Net pour une petite sélection de fonds d’écran SEO. Personnellement, c’est la première fois que j’en vois (habituellement, on est plus habitué à voir des paysages, des personnages de dessins-animés, des animaux).

Et Si Votre Site Etait Touché Par La Mise A Jour De L’Algorithme De Google ?

La nouvelle a été accueillie avec beaucoup d’agitation. A la vue de ce chiffre, difficile de penser qu’il ne s’agisse que d’une mise à jour mineure de l’algorithme. Par ailleurs, certains éditeurs ont découvert alors ce qu’étaient les fermes de contenu et se sont demandés si finalement leur(s) site(s) n’allai(en)t pas être…

Google se lance dans la cuisine

Google continue à segmenter son moteur afin d’apporter des réponses toujours plus pertinentes. Une forme d’aveux d’échec d’une recherche universelle à partir d’un simple champ de recherche.

Une aubaine, mais aussi un beau challenge SEO à relever pour les marmiton, 750g et autres cuisineaz …

Oui, Google lit bien la balise meta « keywords »… au moins pour ses publicités !

Et bien, c’est vrai !! Google lit bien la balise meta « keywords » pour apprécier le contenu d’une page et délivrer une publicité adéquate et la plus contextuelle possible. Et voici un petit test très simple que nous avons fait pour nous en persuader… Prenons une première page de test, disponible à l’adresse

Trois regards sur l’univers des moteurs de recherche

Jérôme, créateur de motrech et directeur technique chez Webpulse (Staragora, Shopreflex)

Emilie, consultante en médias sociaux et gestion de l’identité numérique, blogueuse (emilieogez.com) et responsable marketing et communication chez XWiki
Frédéric, consultant indépendant intelligence économique et veille stratégique : Actulligence Consulting et blogueur depuis 2001, geek, technophile